Autour de ma démarche

Architecturella et la cadette guidant le monde

La sculpture est un défi au bon sens, surtout de nos jours où l'on confond: Art, Eros, Argent avec raréfaction des commandes publiques. Alain Pontarelli, galérien aux larges épaules, navigue fermement, muni d'une solide ancre flottante celle qui maintient la nef par vagues déferlantes, avec en réseve son ancre de miséricorde, celle de la dernière ressource, en cas de péril. Vous l'avez compris une partie de son travail est centré sur des sortres de navires profilés incisifs, proche des vaisseaux spaciaux. Il a trouvé dans l'assemblage et la soudure de fer à béton, le matériau adéquat lui permettant la tension des courbes et des horizontales ainsi que les jeux des pleins et des vides.

Il doit rêver, sur son chemin des crêtes, proche de la mer, de tour s du monde ou d'orbites fascinantes vers Mars... D'autre part sa philosophie le mène à d'autres structures: presque des nefs cages où il s'enferme parfois: introspection, méditation, exhibition, doute. Allez savoir! lui seul peut vous raconter son cheminement et sa quête des oeuvres du passé autant que du présent. Au Bargello, à florence, il admire "la dame au bouquet" de Verrocchio, de la pure émotion. Mais les futuristes sont ses stimulants, Boccioni en tête, Tatlin, Gonzalez, Etienne-Martin, sans oublier les anonymes des chantiers navals et d'aviation, de bon compagnons tonifiants pour poursuivre sa rude et belle aventure.

Article posté le : 4/5/2014
Par Henry Comby, sculpteur