Autour de ma démarche

Vanitas vanitatum et omnia vanitas

Alain Pontarelli construit des tours, tours de Babel, de défense, d'attaque, à la fois métalliques, anguleuses et vides...des carcasses. Là s'impose la forme, produite par le vide, lui-même amplifié grâce au squelette du volume...Vanitas vanitatum et omnia vanitas, utopie de grandeur réduite à un jouet qu'il nomme "Archicage". Et il ne s'arrête pas. Ses "objets maquettes", sortes de machines de guerres ou de torture, comme issue d'un improbable carnet de croquis d'un ingénieur militaire de la renaissance devenu fou. Curieusement, tout est fragile, délicat, en équilibre. Alain Pontarelli nous invite dans le cabinet de curiosités d'un condottiere égaré dans un univers fantastique, onirique.

Article posté le : 4/5/2014
Par Rémy Kerténian, responsable des programmes aux affaires culturelles de la ville de Toulon